LA VAE a été mise en place par la Loi de Modernisation Sociale le 17/01/2002.

Elle peut être définie comme le droit, pour une personne, d’obtenir tout ou partie d’un diplôme sur la base de son expérience professionnelle.

La validation des acquis de l’expérience est un dispositif qui permet à toute personne de faire reconnaître les acquis issus de son expérience pour obtenir tout ou partie d’un diplôme ou d’un titre à finalité professionnelle inscrit au RNCP et en rapport avec son expérience.

La VAE constitue ainsi une nouvelle voie d’accès à la qualification en dehors des parcours classiques de formation initiale ou continue.

Quelles compétences sont-elles prises en compte pour la VAE ?

Peuvent être prises en compte, au titre de la validation, l’ensemble des compétences professionnelles acquises dans l’exercice d’une activité salariée, non salariée ou bénévole, en rapport direct avec le contenu du diplôme ou du titre visé.

Lorsqu’il s’agit d’activités réalisées en formation initiale ou continue, peuvent être prises en compte :

  • Les périodes de formation en milieu professionnel,

  • Les périodes de mise en situation en milieu professionnel,

  • Les stages pratiques,

  • Les préparations opérationnelles à l’emploi

  • Les périodes de formation pratique de contrat d’apprentissage, de contrat de professionnalisation ou de contrat unique d’insertion

La validation des acquis produit les mêmes effets que les autres modes de contrôle des connaissances et aptitudes.

Ainsi, un diplôme obtenu par VAE a rigoureusement la même valeur et le même statut qu’un diplôme obtenu par le passage en formation.

La décision du Jury de VAE

Le jury peut attribuer la totalité du diplôme ou du titre. A défaut, il se prononce sur l’étendue de la validation et, en cas de validation partielle, sur la nature des connaissances et aptitudes devant faire l’objet d’un contrôle complémentaire.

 

Le jury se prononce au vu d’un dossier constitué par le candidat, à l’issue d’un entretien à son initiative ou à celle du candidat et, le cas échéant, d’une mise en situation professionnelle réelle ou reconstituée, lorsque cette procédure est prévue par l’autorité qui délivre la certification…

 

La décision du jury est notifiée au candidat par l’organisme certificateur.

Les parties de certification obtenues de manière définitive font l’objet d’attestations de compétences ou d’un livret de certification, remis au candidat.